Les systèmes éducatifs des Etats fragiles de l’UNESCO examinés à Paris entre Willy Bakonga et ses pairs

Merci de partager!

Le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique  (EPST), Willy Bakonga Wilima, s’est entretenu vendredi, à Paris avec ses pairs sur les atouts et les faiblesses des systèmes éducatifs des Etats fragiles, membres de l’UNESCO.

Cet entretien s’est déroulé au cours d’un déjeuner de travail organisé au siège de cette organisation à Paris à l’initiative du programme de développement des capacités pour l’éducation (CAPED) en vue d’y apporter des solutions durables.

Willy Bakonga qui s’est dit engagé dans la gratuité de l’enseignement de base décrétée cette année par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a indiqué que la RDC a fait un grand pas que reconnait l’UNESCO, avant d’expliquer à ses pairs, que cette réforme implique d’importantes ressources financières pour sa réussite, l’appui de l’UNESCO est donc plus qu’indispensable.

Lancé en 2003, le programme CAPED constitue la principale réponse opérationnelle de l’UNESCO pour aider les pays les moins avancés à mettre en œuvre le programme Éducation 2030 en accord avec l’objectif de développement durable 4 avec un budget de 100 millions de dollars Us depuis sa création.

Le CAPED intervient dans 25 pays au travers entre autres, des instituts spécialisés pour renforcer les capacités des systèmes éducatifs des pays concernés.

Cette rencontre  s’est tenue consécutivement aux travaux de la 40ème session de la conférence générale de l’UNESCO ouvert depuis le 13 novembre 2019 par le Secrétaire général des Nations Unies.

ACPCONGO


Merci de partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *