Début de la paie des enseignants pour le mois de Septembre : la reproduction des listings du mois d’août agace

Merci de partager!

La paie des enseignants pour le mois de septembre a débuté ce mardi 17 septembre mais la « reproduction des listings du mois d’août » agace certains d’entre eux.

En effet, les salaires payés le mois passé ont été reconduits alors que le gouvernement s’était engagé à payer le premier palier des salaires réajustés dès septembre, au lieu d’octobre comme initialement prévu.

Face à cette situation, le secrétaire général du Syndicat national des enseignants des écoles conventionnées catholiques (SYNECAT) invite ses pairs au calme

« Il y a ce qu’on appelle la paie complémentaire au cours du même mois [de septembre] parce qu’on avait déjà travaillé les listings. La décision de réajuster est venue après. C’est ainsi que le gouvernement juge utile d’ajouter les avantages du mois d’octobre c’est-à-dire la paie complémentaire au cours du même mois mais après la paie qui avait déjà été programmée », assure Mauguste Mulomba.

Par ailleurs, les avantages liés à la gratuité et les frais de fonctionnement seront, eux-aussi, payés avant la fin du mois en cours, ajoute le secrétaire général du Synecat, arguant que « toutes les assurances ont été données par le gouvernement ».

« Nous avons toutes les garanties parce que quand nous avons tenu notre assemblée du 07 septembre, on nous a répondu le 13 de ce mois et c’est dans la lettre écrite par le ministre de l’EPST [enseignement primaire, secondaire et technique] qu’on nous donne cette information », poursuit Mauguste Mulomba.

Dans une circulaire datée du 27 août dernier, Jean-Marie Mangobe, secrétaire général de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), avait révélé un train de mesures prises par l’État pour rendre effectif la gratuité de l’éducation de base dès la rentrée scolaire 2019-2020.

Outre la paie des salaires par paliers, ledit document faisait mention du paiement, dès octobre prochain, des indemnités de logement et de transport aux enseignants de la ville de Kinshasa et des chefs-lieux de provinces.

Tandis que les établissements publics d’enseignement primaire et les bureaux gestionnaires bénéficieront des allocations des frais de fonctionnement réajustés.

En plus, 15 000 enseignants non payés des établissements publics d’enseignement primaire seront mis sous statut et le frais d’organisation du Test national de fin d’études (TENAFEP) seront-ils supprimés, et désormais pris en charge par le trésor public, peut-on encore lire dans cette correspondance du secrétaire général de l’EPST.

avec Mediacongo.net


Merci de partager!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *